Les chantiers en cours

 

La nouvelle STEP

doe Elus référents :

  • Gilbert REGNAULD – Délégation aux travaux
  • Serge DURAND – Coordination entre délégations & communication

8 septembre 2016.

Comme prévus à l’agenda, les travaux de terrassement ont commencé et on peut déjà se faire une première idée de l’emprise de l’équipement (bassins de filtration et voirie).

Le nouveau dispositif est implanté en aval du précédent (nouvelle règle des 100m de distance des habitations).

Voici les premiers clichés :

step1 step2
step3 step4

° ° °

 

 

Le Groupe Scolaire

doe Elus référents :

  • Gilbert REGNAULD – Délégation aux travaux
  • Manuela LEMAITRE – Délégation aux affaires scolaires
  • Serge DURAND – Coordination entre délégations (financements – planning – travaux – communication)

Actuellement, la construction du groupe scolaire est notre principal chantier.

Le phasage du projet

Sa réalisation est prévue se dérouler en 2 temps :

  • D’abord le bloc élémentaire qui est achevé depuis les vacances de Pâques. Il est constitué de 2 classes, du bureau de direction, de la salle des professeurs, du préau et de la cour. A cela s’ajoutent les locaux techniques (armoire électrique, centrale de ventilation, chaufferie).
  • Ensuite le bloc de maternelle et les services périscolaires. C’est-à-dire une partie neuve équipée de 2 classes et d’une salle de sieste, ensemble qui pourrait être achevé pour la  rentrée de septembre si les entreprises ont réussi à rattraper le retard initial. Davantage d’incertitudes pour les équipements périscolaires (cuisine – restaurant – garderie) implantés dans l’ancien bâtiment communal. Car dans l’ancienne école, l’absence de plans de récolement nous confronte parfois à de mauvaises surprises nécessitant des travaux supplémentaires (déplacement d’un réseau pluvial non signalé, et destruction d’une dalle de béton découverte sous le plancher en partie Sud). Initialement prévu pour fin 2015, l’achèvement de cette partie sera probablement reporté en début 2016.

L’obsession du calendrier

La construction d’un groupe scolaire entier n’est pas une mince affaire, mais sa réalisation en site occupé rend les choses encore plus difficiles, particulièrement quand les occupants sont des enfants !

Après les aléas climatiques de l’hiver 2014 (la pluie ayant retardé premiers les terrassements de voierie), la faillite de l’entreprise d’électricité a bloqué le déroulement des travaux entrainant un retard supplémentaire de plusieurs semaines.

Nous avons dû ‘jongler’ avec différents locaux et heureusement conservé les deux bâtiments modulaires que le projet prévoyait pourtant de démolir. Nous avons même remplacé et renforcé toute l’isolation du plus grand. Jusqu’à la fin de cette première tranche de travaux, chaque réunion de chantier a été un véritable bras de fer pour exiger la tenue des délais afin de caler exactement les transferts sur les temps de vacances. Et finalement il a même fallu composer avec une météo parfois peu clémente : les parents qui ont participé aux déménagements successifs s’en souviennent certainement.

Et aussi les couacs

Et il y a eu aussi quelques dysfonctionnements (interruptions de téléphone, coupures de chauffage, fuites d’eau, etc.)… Autant d’imprévus qu’il a parfois fallu gérer avec les ‘moyens du bord’…

Pour les entreprises, sur un chantier de cette importance ce sont des incidents ‘normaux’ et mineurs. Mais pour nous, l’obligation de maintenir le service (accueil scolaire) a multiplié les priorités à régler dans l’urgence.

Merci à celles et ceux qui l’ont compris…

Au loin la plage…

A présent même l’accès sécurisé à la salle des fêtes (transformée en cantine) est achevé. Et tout est fait pour que les enfants de maternelle puissent intégrer leurs nouveaux locaux dès la prochaine rentrée scolaire.

D’ici là profitez tous de ces congés d’été, et baladez-vous parmi les clichés suivants qui racontent déjà le début d’une l’histoire : celle de la nouvelle école de Trévérien.

RETOUR

La station d’épuration

doe Elus référents :
Serge DURAND – Suivi du contentieux – Préparation du Marché
Gilbert REGNAULD – Délégation aux travaux

C’est un autre chantier d’envergure qui n’est pas encore véritablement commencé mais dont les bases sont déjà esquissées. Nous y avons consacré un article dans le bulletin et dans un TIC’ pour rappeler la lourdeur du dossier juridique qui a retardé les premières études techniques.

La commune sous haute surveillance !

Informée dès 2010 du grave dysfonctionnement de notre station, la Police de l’eau exige à présent des mesures concrètes. Et depuis le début de ce nouveau mandat électoral, chaque fin de mois nous l’informons de l’avancée du dossier.

Pour mémoire, notre système de traitement des effluents procède par filtration à travers un massif sablonneux. Ce dernier est colmaté en raison d’une malfaçon originelle, ce qui ralentit la percolation gravitaire et provoque le débordement des effluents sur le pourtour du massif.

Outre ce grave problème particulier, cette filière est généralement considérée comme peu fiable au point que seules quelques rares communes en sont équipées…

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

  • Au plan juridique et sur la base des conclusions de l’expertise judiciaire, nous avons déposé une demande en référé provision auprès du Tribunal Administratif. Si elle aboutit, nous devrions obtenir assez rapidement (quelques mois) une avance financière. Le jugement au fond demandera probablement beaucoup plus de temps (quelques années). Pour éviter tout retard supplémentaire, nous avons donc limité nos prétentions aux estimations de l’expert judiciaire, sans contester sa répartition des responsabilités (Commune 20% – Maîtrise d’oeuvre 30% – Entreprise 50%).
  • Au plan technique nous avons fait réaliser une étude de faisabilité. Nous avons également demandé une estimation des coûts et aménagements nécessaires dans l’hypothèse du raccordement des ‘villages’ limitrophes (La Roche – Les Vaux – La Chapelle Trévinal). Cette hypothèse est abandonnée en raison des seuls coûts de raccordement (environ 850 000€ sans compter le surcoût de dimensionnement de la station elle-même). En gardant le périmètre d’assainissement actuel (bourg), on estime qu’une capacité de 700 équivalent-habitants (contre une capacité actuelle de 300Eh désormais insuffisante) suffirait à absorber l’évolution démographique des 20 prochaines années (soit une progression moyenne de 7 abonnements/an). Le dispositif retenu pourrait être un filtre planté avec possiblement injection de chlorure ferrique (le rejet dans le Linon rendant les normes biochimiques encore plus strictes).

Et concrètement ?

Le marché d’appel à Maîtrise d’œuvre vient d’être lancé et la date limite de réception des offres est fixée au 04 septembre 2015.

Ensuite, le Maître d’œuvre retenu devra préparer le projet de réalisation d’une nouvelle station ainsi que les dossiers techniques et administratifs qui doivent être validés avant le lancement du Marché de consultation des entreprises.

Et ce n’est qu’après cette étape que les travaux pourront enfin commencer.

Dans l’hypothèse la plus favorable, la nouvelle station n’entrerait pas en fonction avant le début 2017.

D’autres infos dans la rubrique « Assainissement« .

RETOUR

Les commentaires sont clos.